bg-06.jpg
CEEV
ceev

Le Comité Européen des Entreprises Vin (CEEV) souligne l’importance des relations commerciales avec les Etats Unis et appelle à aller plus loin dans le cadre du TTIP.

Bruxelles, le 7 mai 2014 – L’accord bilatéral sur le vin de 2005 entre l’Union Européenne et les Etats-Unis a permis un développement notable des exportations européennes de vins vers les Etats-Unis sans toutefois parvenir à régler certaines questions qui demeurent. Les négociations du TIIP sont donc une opportunité pour aller plus loin.

En effet, entre 2005 et 2012, l’excédent commercial pour le secteur vitivinicole européen vis à vis des USA a progressé de 87%en volume et 30% en valeur (source Eurostat) ce qui représente en 2013 plus de 2,5 Mds d’euros (soit 28% de l’ensemble des exportations de l’UE vers les Pays tiers).

Cependant, un certain nombre de points n’ont pas pu trouver de solution dans le cadre de cet accord, notamment la question des semi-génériques. Le TTIP, en élargissant le champ de la discussion à d’autres secteurs confrontés aux mêmes problématiques, peut offrir des pistes de solutions qu’il est nécessaire d’explorer.

L’élimination des droits de douane représente un enjeu, tout d’abord en termes de cohérence par rapport aux autres négociations ouvertes par l’UE mais aussi parce que cela induit une forte simplification dans les procédures de dédouanement, qui représentent des coûts importants.

Les USA constituent à l’heure actuelle le premier marché de consommation de vin au monde et ils envisagent des accords avec d’autres pays producteurs de vin. Dans ce contexte le secteur vitivinicole européen ne peut pas se contenter d’une position conservatrice et défensive mais doit au contraire se montrer offensif afin de conserver voire élargir ses parts de marché et ses débouchés commerciaux: Il faut regarder vers l’avant et non vers l’arrière” a déclaré Jean-Marie Barillère, Président du CEEV.

Les exemples récents comme la Corée du Sud ou le Canada montrent que le secteur vitivinicole européen enregistre des avancées significatives en matière de droits de douane, d’accès au marché, de protection des IG sans renoncer à l’excellence de son modèle.

« Etant donnée la baisse tendancielle de la consommation au sein de l’UE, l’avenir le notre filière est à l’export. » précise José Ramon Fernandez, Secrétaire Général du CEEV. « Si nous voulons préserver le modèle viticole européen, sa diversité, sa richesse nous nous devons d’être ambitieux dans les négociations d’accords commerciaux, en particulier avec les USA. »

----FIN----

 

Note aux rédacteurs: 

Le Comité Européen des Entreprises Vins (CEEV – “Comité Vins”, www.ceev.eu) représente l’industrie et le commerce des Vins dans l’Union européenne: vins tranquilles, vins aromatisés, vins mousseux, vins de liqueur et autres produits de la vigne. Il regroupe 24 organisations nationales. Avec plus de 7 000 entreprises, principalement des PME et plus de 200 000 emplois directs dans l’UE, ses membres produisent et mettent sur le marché la grande majorité des vins européens de qualité, avec et sans Indication géographique, et font plus de 90% des exportations européennes de vin. Avec quelque 8,9 milliards d’euros d’exportations en 2013, le secteur du vin a apporté une contribution de plus de 6,5 milliards d’euros à la balance commerciale de l’UE.